Qatar 2022 et corruption : « On aurait pu espérer que la justice rende son verdict avant la Coupe du monde »

Qatar 2022 et corruption : « On aurait pu espérer que la justice rende son verdict avant la Coupe du monde »

Yann Philippin est journaliste au service enquêtes de Mediapart depuis 2015. Il est l'auteur de nombreuses articles autour de la Coupe du monde et des dossiers de corruption. Un an après le Mondial, il nous livre son point de vue sur l'impact qu'ont eu les enquêtes sur le sujet.

Spécialisé dans les affaires financières, de fraude fiscale et de corruption, le journaliste suit de nombreux dossiers en France et à l'international. Il travaille notamment sur les "leaks", ces fuites de données massives dont les médias s'emparent collectivement pour pouvoir les traiter à plus grande échelle. Il fait partie de l'équipe qui a révélé les 'Footballs Leaks' ou encore en octobre 2023 les méthodes des sociétés de cybersurveillance européennes, qui ont vendu de puissants logiciels espions comme Predator à des dictatures, avec la passivité, voire la complicité de plusieurs pays européens, dont la France. Il est membre du conseil d'administration du consortium de médias European Investigative Collaborations (EIC).

💥
Rembobine a tenté de revenir sur les choses qui ont bougé depuis les enquêtes menés par Yann Philippin mais aussi d'autres journalistes sur la grande messe mondial du football au Qatar. Pour les découvrir, rendez-vous sur l'enquête d'impact ! ⬇️
Qatar 2022 : des scandales en héritage
Souvenez-vous du mois de décembre 2022... Nous étions nombreux à vibrer devant le parcours de l’équipe de France au Qatar et les buts de Kylian Mbappé. Mais si cette Coupe du monde restera dans les annales, c’est surtout pour les scandales écologiques, démocratiques et humains qui l’accompagnent.

Il y a eu des tonnes d'enquêtes et articles fouillés de Mediapart et d'autres rédactions dénonçant la Coupe du monde au Qatar. Quel impact ont-elles eu ?

Je pense qu'elles ont eu un impact politique important, dans le sens où elles ont permis d'alimenter le débat, notamment sur les questions des conditions des travailleurs et les atteintes aux droits de l'Homme. Ces controverses se sont cristallisées dans les semaines qui ont précédé le démarrage de l'événement, puis avec la résolution au Parlement Européen votée le 24 novembre 2022, quatre jours après le coup d’envoi. Sur les droits des travailleurs migrants, les enquêtes de la presse et des ONG, ainsi que la pression politique, ont contraint le Qatar à faire quelques efforts. Ils ont par exemple aboli la kafala, le système de parrainage pour les travailleurs migrants qui les privaient de très nombreux droits, même si les ONG estiment que ces efforts restent insuffisants.

Là, où c'est à mon avis très décevant, c'est au niveau judiciaire. Dès l'attribution en 2010, il y a les premiers articles dans la presse britannique, qui font état de possibles soupçons de corruption. Ils ne cessent de gonfler et de se confirmer au fil des années, au point que trois procédures judiciaires majeures ont été ouvertes aux États-Unis, en Suisse et en France. Malheureusement, les trois n’ont pas débouché sur grand-chose à ce stade.

En tant que journaliste, il faut rester extrêmement modeste. On est évidemment content quand nos enquêtes ont un impact, mais ce n'est pas le but qu'on va rechercher. Notre job, c'est de mettre des éléments d'intérêt public sur la place publique. Après ce n'est plus à nous de s'en emparer, c'est à la justice, à la société civile et au monde politique.

Où en sont les enquêtes en cours en matière de corruption ?

C'est aux Etats-Unis que c'est allé le plus loin puisqu'il a eu des mises en examen de membres du comité exécutif de la Fifa pour avoir touché des pots-de-vin en échange de leur vote en faveur du Qatar. Mais il n’y a pas eu de procès. L'un des mis en examen est décédé, les autres se planquent dans leurs pays respectifs. Le président de la CONCACAF Jack Warner est certes suspendu à vie de toute activité liée au football par la commission d’éthique de la Fédération internationale mais il est retourné dans son pays, Trinité-et-Tobago, et reste activement recherché par les Etats-Unis.

En Suisse, il y a une telle somme de dysfonctionnements qu'on peut vraiment se poser la question d'une volonté d'étouffer l'affaire. Ils avaient pourtant mis les moyens. Au sein du parquet fédéral, il y avait une "FIFA Taskforce". Il y a eu de nombreuses procédures ouvertes, des perquisitions, ils ont saisi une masse de documents colossale au siège de la FIFA, et... rien n'a abouti. La plupart des enquêtes ont été classées sans suite. On a vraiment l'impression que l'affaire a été saboté car il ne fallait pas nuire à l'image de l'institution très puissante et qui apporte beaucoup d'emplois dans le pays et à celle de la Suisse, terre des fédérations internationales.

Depuis plus de 10 ans, les médias français documentent les affaires liées à la Coupe du monde au Qatar.

Enfin, en France, il y a l'affaire bien connue du déjeuner de l'Elysée entre le président de Nicolas Sarkozy, Michel Platini et l’actuel émir du Qatar, juste avant le vote de la Fifa du 10 décembre 2010 qui a attribué le Mondial au Qatar. Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir joué un rôle central en invitant Platini à voter pour le Qatar, en échange de plusieurs contreparties présumées accordées par le Qatar, dont le rachat du PSG par l'émirat. Ca fait sept ans que l'enquête a été ouverte, et la justice n’a à ce stade prononcé aucune mise en examen. On aurait pu espérer qu'elle rende son verdict avant la Coupe du Monde. Aujourd'hui, l'événement est passé : quel que soit issue de cette procédure, c’est désormais beaucoup moins important pour le Qatar.

Pourquoi et comment continuer d'enquêter sur des sujets liés à cet événement passé ? Ça vaut encore le coup ?

On parle de la FIFA, la plus grosse fédération sportive mondiale. On parle d'un événement qui a eu énorme impact, en termes d'image et de géopolitique. Donc s'il a été obtenu grâce à la corruption, c'est important qu'on le sache. Aujourd'hui, il y a des soupçons très forts.

La prise de position du Parlement européen, juste après le coup d’envoi, était un vrai enjeu. Le Qatar a tout fait pour que cette résolution ne passe pas car c'était très mauvais pour son image et ce qu'il a construit jusque là en termes de diplomatie sportive. Mediapart et le consortium European Investigative Collaborations (EIC) ont très récemment révélé [lien ci-dessous] le lobbying intense de l'émirat pour la faire disparaître : des échanges de SMS où l'ambassadeur du Qatar demande à Eva Kaili, à l’époque vice-président du Parlement européen, de faire sauter la résolution.

« Qatargate » : après les 800 000 euros en cash, les SMS compromettants d’Eva Kaili
Mediapart et l’EIC révèlent que l’eurodéputée et ancienne vice-présidente du Parlement européen, inculpée pour « corruption » dans l’affaire du « Qatargate », a mené une campagne d’influence en faveu…

On l'a vu, la prise de position du Parlement était un vrai enjeu. Le Qatar a tout fait pour que cette résolution ne passe pas car c'était très mauvais pour son image et ce qu'il a construit jusque là en termes de diplomatie sportive. Si la résolution est bien passée, grâce au travail du consortium European Investigative Collaborations (EIC), on a pu mettre sur la place publique des éléments qui tendent à montrer un lobbying intense de l'émirat pour la faire disparaître : des échanges de SMS où l'ambassadeur du Qatar demande à l'ancienne vice-présidente du Parlement européen Eva Kaili de tenter de faire sauter la proposition. Ces éléments arrivent certes alors que la Coupe du monde a eu lieu, mais ces révélations continuent d'alimenter le faisceau de soupçons.

L'Arabie Saoudite a obtenu le Mondial 2034. Vous êtes déjà au travail ?

Pour l'instant, rien n’est sorti sur une éventuelle corruption. Par contre en matière de respect de l’environnement et des droits de l'Homme, on est en droit de se poser des questions sur ce choix. On va avoir encore une fois une coupe du monde en hiver. C'est assez désespérant de voir qu'absolument aucune leçon ne semble avoir été tirée après l'édition qatarie. Encore une fois, c'est le pays qui a l'argent et qui veut faire de la diplomatie sportive qui gagne.

Nous remercions grandement Yann pour sa disponibilité. Il est possible de le suivre sur les réseaux. Nous remercions plus largement la rédaction de Mediapart qui offre l'accès à plusieurs articles.

Timothée Vinchon

Timothée Vinchon

Rédacteur et cofondateur de Rembobine - Journaliste indépendant - Formateur en éducation populaire aux médias
Marseille